L’intérêt profitable de revoir le bouquet lié!

Par Isabel Harrisson et jOhanne Martel AIFD CAFA

Assister à une formation permet de nous recadrer dans nos forces et de faire des pas dans la bonne direction par rapport au type d’artisan floral que l’on veut être. Si cela est vrai lorsque l’on est l’élève, cela est aussi vrai lorsque l’on est le formateur, car l’on peut apprendre beaucoup des étudiants.

À la suite de notre événement : Maximiser votre rentabilité, nous vous présentons des bases afin de faire les choses autrement car, notre constat est qu’il n’y a rien de plus difficile que de déconstruire ce que l’on croit savoir pour apprendre de nouvelles façon de faire.

Revoir nos gestes quotidiens

La base des bases dans le quotidien de l’artisan floral est sans aucun doute le bouquet lié. Cependant, il faut savoir se démarquer de ce qui s’offre dans les grandes surfaces et l’un des moyens d’y arriver est de fonctionner avec les trois niveaux d’apprentissage en compositions commerciales, et voici pourquoi : notre force en tant qu’artisan floral est de transformer notre matériel et de le réfléchir de façon à créer des liens entre nos compositions et ce que nos consommateurs apprécient.   C’est ce qu’on appelle la recherche, une recherche facile et même franchement amusante. Il faut comprendre que la recherche que l’on applique à notre niveau 1 est différente de celle appliquée au niveau 3. Ici, nous avons travaillé avec des bouchons de liège (vins), éléments à la mode et facile d’accès puisqu’avec une entente avec certains restaurants il est possible d’en accumulé rapidement.

L’intérêt profitable de revoir le bouquet lié! Isabel Harrisson, Johanne Martel

La simplicité à bien meilleur goût !

Notre niveau 1, le traditionnel revisité, comporte une recherche simple : on regarde notre matériel et l’on juge de qu’elle façon il peut remplir son rôle d’élément décoratif au mieux, sans chercher à faire un lien puissant entre ledit matériel et la représentation que l’on s’en fait. Dans le même ordre d’idée, nous avons filé nos bouchons afin que ceux-ci puissent s’insérer dans un bouquet sans créer d’association avec le vin.

L’intérêt profitable de revoir le bouquet lié! Isabel Harrisson, Johanne Martel

Créer un lien clair, et écrire le début d’une histoire…

Le niveau 2, ou le niveau moderne ou contemporain, demande une certaine recherche puisque l’on veut faire un lien entre notre matériel et ce que notre consommateur connait : on parle d’un lien clair, facile à comprendre pour la clientèle et facile pour nous à expliquer. Toujours avec les bouchons de vin, nous les avons travaillés en structures pour qu’ils imposent leurs formes à la composition… une forme de coupe. Nous avons réfléchi à ce que notre matériel fait comme référence. Les bouchons de vin nous ramènent au vin, qui personnellement m’inspire une coupe bien remplie et un bon moment entre amis! C’est dans cet esprit que nous avons construit la structure et y avons mis des fleurs rouge et bourgogne.   C’est un lien logique et émotionnel élémentaire qui est accessible à une grande majorité de notre clientèle, tout en étant pour l’artisan floral un vocabulaire de vente simple, mais percutant.

L’intérêt profitable de revoir le bouquet lié! Isabel Harrisson, Johanne Martel

On pousse plus loin, tel un cherche et trouve…

Nous voici maintenant arrivés à notre niveau 3, l’artistique, la pièce qui souvent fait vendre celles de niveau 1 et 2 que l’on aura pris soin de faire en série ! Dans ce type de composition, on s’amuse à faire des liens plus poussés, parfois plus éloigné du matériel avec lequel on travaille. En exemple, nous avons créé une forme de vague avec nos bouchons de vin. Notre fil conducteur était le côté liquide du vin, lorsqu’on le verse, son mouvement. Nous avons aussi fait rire nos étudiants en exprimant que cela pouvait être autre chose : lorsque l’on prend trop de vin, on se sent comme sur une vague… enfin vous comprendrez que c’est de faire un lien propice à l’interprétation et à la discussion avec son client, car d’expliquer notre démarche est une façon de vendre, d’assoir ses compétences tout en assurant à nos consommateurs que nous sommes des professionnels du métier.

Peu importe les matériaux, faire des compositions de niveaux différents.

Enfin, avec les mêmes éléments et les mêmes techniques, il est possible de faire des compositions des 3 niveaux, qui se démarque et qui vous démarque, car la recherche que vous faite pour créer vos compositions vous appartient et est unique à qui vous êtes et à votre expérience propre. C’est une unicité qui vaut son pesant d’or et qui, bien exploitée, est garante d’une grande réussite.

La clef du succès, la répétition du geste, encore et encore…

Une astuce est de se concentrer sur un matériel que vous avez en quantité et de travailler sur plus de 6 mois avec celui-ci. De cette façon, avec les notions apprises dans cette vidéo, nous avons ce qu’il faut pour établir nos niveaux et faire nos premiers modèles. Force est d’admettre que les premiers sont toujours formateurs pour l’habilité à produire les suivants. Avec le temps vous réalisez le niveau 3 en premier. Il est plus facile de gérer l’ensemble du matériel pour réaliser des niveaux 2 et 1 par la suite.

Des questions et commentaires ?

Quel est le type de matériel qui vous inspire ou encore, qui s’impatiente dans un coin de la boutique, avec lequel vous pourriez créer trois bouquets ou compositions en trois niveaux de type commerciale?